top of page

Tendance : le coup de jeune de l’astrologie

Dernière mise à jour : 22 juin 2023

Quelle ne fût pas ma surprise de lire ce titre dans le magazine des Echos week-end*. Car même si ce supplément de fin de semaine est un peu plus léger que son journal, on ne peut pas dire que cette édition n’est pas sérieuse. Qu’est-ce que ça fait du bien de voir que l’on (re)parle de l’astrologie, et pas pour en dire trop de mal ! Car, si j’ai toujours eu les astres dans mon cœur, dans une société qui se veut cartésienne, il devient de plus en plus difficile d’en causer.


L'astrologie est tendance


Du déclin au renouveau des horoscopes


Il y a quelques années encore, nous avions en fin d’année Elisabeth Teissier ou d’autres astrologues qui nous parlaient du climat astral pour l’année à venir et ça passait à la télé. Les jeunes n’ont pas connu Madame Soleil au réveil, ou le joli horoscope visuel sur une musique façon “l’heure bleue” tous les soirs après le JT.

Peu à peu, ces célébrités ont disparu des ondes, décriées voire vilipendées par les bien pensant se ralliant aux sciences scientifiques. Ainsi, j’ai beau avoir passé depuis longtemps le stade de simple lecture de l’horoscope à l’étude des cartes du ciel de mes clients, je l’avoue, c’est encore loin d’être dévoilé publiquement.


Car cela me desservirait dans mon métier qui doit se ranger dans les normes sociales. Dire que je fais de l’orientation professionnelle avec le signe astrologique (en complément des outils “recommandés” bien sûr), c’est presque tendre la corde pour me faire pendre par mes financeurs publics !

Alors en lisant que l’astrologie serait une approche mêlant psychanalyse et développement personnel plutôt qu’analyse prédictive, je bénie le journaliste qui ose plus que moi. Et cela fait longtemps que les astrologues le clament sans être entendus…


L'astrologie, une pratique qui traverse les âges


Mais les astrophysiciens maintiennent leur discours : cette courses aux étoiles ne tient pas la route. Soit. Mais, sous le manteau ou pas, cette mal-aimée est encore là, traversant les âges.

Peut-être y-a-t-il confusion des genres : si on ne peut plus la considérer comme une science exacte, peut-être peut-elle encore faire partie d’un langage commun aux hommes ?


L’astrologie a évolué avec l’humanité mais elle a toujours été là, dans toutes les civilisations. Science qui était confondue avec l’astronomie, celle-ci a pris le pas sur la première jugée bien trop imprécise par rapport aux planètes dont elle se prétend, alors que l’on peut désormais jauger et juger ces dernières avec des télescopes.


Au passage, en démontrant l’elliptique des planètes, la science dure a balayé ce que l’astrologie pouvait apporter : à l’instar de la psychologie par exemple, elle peut réconforter ou apporter un système de compréhension des situations pour évoluer dans sa vie.


Qu’est-ce qui est important lorsqu’on est dans une relation d’aide, posture de bien des astrologues ? Même si le chemin parait tout à coup incohérent parce qu’il ne correspond plus au champ de vision (des étoiles), l’important n’est-il pas qu’il conduise là où il faut ? Car l’astrologie est un outil au service des individus : elle est un bon support d’introspection et par son langage symbolique permet de mieux se connaître.


Et voilà que l’astrologie redevient à la mode avec celle du développement personnel. Beaucoup plus centrée sur le caractère, le potentiel et les relations des consultants, elle a laissé de côté ses outils plus prédictifs (mais ils existent quand même… et c’est un autre débat) et l’amalgame entre astrologue et voyante n’est plus de mise (je pourrai vous en parler dans un autre article). Décomplexés, les trentenaires pour certains, n’hésitent pas à regarder le signe astrologique de leurs rencontres, qu’elles soient personnelles ou professionnelles, avant d’aller plus loin.


A grand coup de réseaux sociaux et d’applications, vont-ils finir par aider l’astrologie à être reconsidérée dignement ?


La tendance de l'astrologie
Pinterest moi !

Sortir de la caricature de l'astrologue


Il ne s’agirait pas cependant de (re)tomber dans la caricature de « tu es de tel signe, donc tu es cela ». Ceci est un horoscope qui ne peut être que très généraliste, alors qu’un thème astral est bien plus complexe et personnalisé.

Ce dernier peut être décrié parce qu’il serait trop influençant, mais ce n’est pas le cas dès lors qu’il n’est pas prédictif : c’est un outil d’aide à la décision comme un autre.


Qui n’écoute pas un peu son conseiller juridique ou financier quand il le sollicite ? Il en est de même du conseil astrologique : la lecture du thème donne des pistes, des indications, sans certitude à 100 % et laisse le libre arbitre à l’intéressé.


C’est en tous cas ainsi que je pratique l’astrologie (et autres disciplines similaires). Pour avoir acquis bien d’autres outils psychologiques dans mon travail, il m’apparaît que le ciel de naissance est tout aussi intéressant. Il a même une dimension en plus : celle de percevoir le temps qui nous apporte des hauts et des bas dans nos vies.

Son expression imagée permet aussi une intégration large de ce qui est analysé, contrairement à nos actes de plus en plus contraints au binaire des technologies.


Ne serait-ce pas pour cela que l’astrologie a un regain ? Ce besoin de retrouver un liant, une synthèse, des connexions dans nos corps et esprits éclatés, du sens à ce qui nous arrive, ou simplement une part de rêve étoilé dans un monde trop coincé et mécanique ?


Et vous, avez-vous déjà fait votre thème astrologique chinois ? N’hésitez pas à nous contacter si cela vous intéresse !


*Les Echos Week-end n° 206 des 7 et 8 mars 2020

Mots-clés :

0 commentaire

Abonnez-vous pour ne manquer aucun article

Merci de vous être abonné !

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

  • Facebook
  • Instagram
  • Pinterest
  • TikTok
bottom of page